Aller au contenu principal

~ DES DÉFINITIONS ~

« La transition écologique et sociale est un processus qui mène à un changement des modes de production, de consommation, de vie vers un partage des pouvoirs et de la richesse plus équitable. Plus largement, la transition vise une transformation du modèle de développement en construisant une société plus respectueuse, écologiquement durable, socialement équitable et économiquement viable. »

Territoires innovants en économie sociale et solidaire (TIESS). Compte-rendu du séminaire du 5 avril 2017 : transfert de connaissances et partage d’expériences. Montréal (Canada) : TIESS, 2017, 10 p. En ligne : http://www.tiess.ca/wp-content/uploads/2017/07/Synthe%CC%80se_VF_mise-en-forme_2017_07_13_glg.pdf


« Afin d’articuler la lutte contre la pauvreté et celle pour le climat, la biodiversité, la préservation des ressources, le bien-être, etc., c’est le concept de « transition socio-écologique » qui est proposé par le Commissariat Général au Développement Durable. La logique est ascendante : elle n’est plus de poursuivre des objectifs fixés à l’avance par les pouvoirs publics, mais de co-construire de multiples chemins de transition à partir des citoyens, des associations, des entreprises, et toutes les composantes de la société civile. La transition socio-écologique se construit alors « de proche en proche par des expérimentations qui s’appuient sur le lien social et souvent sur des formes d’économie plus collaborative, de pair en pair, poursuivant des finalités écologiques. Ces expérimentations émanent de valeurs et d’alternatives concrètes qui se nourrissent les unes les autres pour donner sens à l’action » (CGDD, 2017, p. 6). »

Démarches de développement durable [Page internet]. Besançon : Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement de Bourgogne-Franche-Comté (DREAL BFC), 2020. En ligne : http://www.bourgogne-franche-comte.developpement-durable.gouv.fr/demarches-de-developpement-durable-r2241.html


« Les exigences en matière d’environnement et la dépendance vis-à-vis des matières premières vont tirer l’Union vers une nouvelle façon de produire, de consommer, d’habiter, de se déplacer, etc. […]

Mais ce sont les changements dans les comportements sociaux qui contribueront, s’ils sont stimulés par des politiques adéquates, à diminuer drastiquement la consommation en énergie, ce qui reste l’objectif majeur. Les consommateurs isoleront leurs logements, ils remplaceront leur voiture par une autre plus petite, ils marcheront, prendront des transports en commun. Ils seront moins mobiles. Les entreprises réorganiseront leur logistique, innoveront en termes de produits et de processus, relocaliseront certaines activités, elles placeront leurs entrepôts près des gares, abandonneront les matières plastiques pour le bois, rendront des produits plus facilement réparables ou les recycleront davantage. Les États aménageront le territoire en prenant en considération le coût croissant du transport. Ils favoriseront les énergies renouvelables, les technologies fossiles « propres » et l’énergie nucléaire. »

Commission européenne. Le monde en 2025 : la montée en puissance de l’Asie et la transition socio-écologique. Bruxelles : Communautés européennes, 2009, 32 p. En ligne : https://ec.europa.eu/research/social-sciences/pdf/policy_reviews/le-monde-en-2025-report_fr.pdf

 

~ DES ILLUSTRATIONS ~

Illustration transition socio-écologique 1

Illustration transition socio-écologique 2

 

Hopkins Rob, Thomas, Michael. Le Guide essentiel de la Transition : comment lancer la Transition dans votre rue, votre village, votre région ou votre organisation. Totnes (Grande-Bretagne) : Transition Network, 2016, 64 p. En ligne : https://transitionnetwork.org/wp-content/uploads/2017/02/The-Essential-Guide-to-Doing-Transition.-Le-Guide-Essentiel-de-la-Transition..compressed.pdf