Aller au contenu principal

~ DES DÉFINITIONS ~

« On peut définir les inégalités environnementales comme « les inégalités d’exposition aux risques environnementaux, exposition qui est jugée disproportionnée quand certains groupes sociaux ou certaines catégories sociales en souffrent plus que d’autres de façon significative »*

Deux mécanismes doivent être distingués : d’une part, le différentiel d’exposition, c’est-à-dire le fait que les populations socio-économiquement défavorisées peuvent être davantage exposées à un plus grand nombre de nuisances et/ou à des niveaux d’expositions plus élevées ; d’autre part, le différentiel de vulnérabilité qui montre qu’à niveau semblable d’exposition, le risque sanitaire encouru par les populations défavorisées est plus élevé en raison d’un état de santé plus dégradé ou d’un moindre accès aux soins. »

*In Larrère Catherine. Les inégalités environnementales. Paris : PUF / La vie des idées, 2017, 108 p.

Précarité et santé-environnement : lutter localement contre les inégalités environnementales de santé. Paris : Fabrique territoires santé, 2019, 82 p. (Dossiers ressources)
En ligne : https://www.fabrique-territoires-sante.org/sites/default/files/dr_envir_vf.pdf


« Les quatre dimensions des inégalités écologiques :

  • « Les inégalités territoriales renvoient aux différences de qualité des territoires et à la répartition différentielle des groupes de population sur ces territoires. L’approche problématique, dans ce cas, est celle de la temporalité longue de transformation des territoires, précisément de la façon dont l’héritage du passé conditionne les voies possibles de leur développement.
  • Les inégalités d’accès à l’urbanité et au cadre de vie se réfèrent, pour les différentes catégories de citadins, aux possibilités inégales de mobilité en ville, d’usage des espaces et des biens publics, d’accès aux services, ainsi qu’aux possibilités inégales de choix des lieux de résidence et de réalisation des parcours résidentiels.
  • Les inégalités par rapport aux nuisances et aux risques (naturels, technologiques, industriels...) désignent des inégalités de production et d’exposition aux nuisances (liées aux lieux de résidence, aux modes de vie et d’activité...), l’inégale perception et appréciation de ces nuisances (bruit, pollutions...), l’accès inégal à l’information sur les risques encourus et le traitement inégal de ces risques (assurance, précaution, indemnisation, réparation...).
  • Les inégalités dans la capacité d’action et d’interpellation de la puissance publique pour la transformation du cadre de vie, quant à elles, se réfèrent à la place et au rôle des habitants, des associations, des aménageurs, des techniciens des villes, des acteurs politiques et économiques dans les médiations et les décisions présidant à la conception et à la réalisation des projets d’aménagement du cadre de vie, à l’élaboration et la mise en œuvre des politiques urbaines aux différentes échelles territoriales »*. »

* In. Laigle L., Oehler V. Les enjeux sociaux et environnementaux du développement urbain : la question des inégalités écologiques. Paris : Centre scientifique et technique du bâtiment, 2004, 100 p.

L’environnement en France, édition 2006. Paris : Institut français de l’environnement (Ifen), 2006, 500 p. (Les synthèses)
En ligne : https://www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr/sites/default/files/2018-11/18-inegalites-environnementales-ree-2006.pdf

 

~ DES ILLUSTRATIONS ~

Article Inégalités sociales et environnementales

Les inégalités environnementales sur les territoires. Verneuil-en-Halatte : Institut national de l'environnement industriel et des risques (Ineris), 2014, 40 p. (Ineris références)
En ligne : https://www.ineris.fr/sites/ineris.fr/files/contribution/Documents/ineris-dossier-ref-inegalites-environnementales.pdf