Aller au contenu principal

 

Chaque jour, l’équipe de documentalistes du Rrapps sélectionne des informations fiables, valides et pertinentes dans l’actualité de la santé publique. Ces informations sont proposées ici, en cohérence avec les thématiques du Rrapps, mais aussi avec les parcours de santé (définis dans le Plan régional de santé 2018-2022) et les programmes et plans de santé nationaux.

 

Pour consulter l'ensemble de la veille documentaire, toutes thématiques confondues (Rrapps et parcours de santé), cliquer sur le filtre "Tout".

 

 

Filtrer
Publicaiton
- 16/05/2022
YAPAKA.BE

Prendre la mesure de l’impact massif de la crise sanitaire sur les jeunes repose sur la compréhension des mécanismes propres à l’adolescence. Son élan vital se fonde notamment sur les liens à l’autre, aux pairs. Or, les mesures sanitaires imposées au monde scolaire n’ont pas permis aux élèves d’y trouver la socialisation qui leur est indispensable. Les jeunes présentent de nouvelles formes de souffrance consécutives à cet isolement subi pendant des mois. Ce livre retraverse les étapes de la pandémie pour comprendre ce qui s’est joué pour eux au fil du temps.

Publication
- 16/05/2022
FONDATION JEAN JAURES.ORG

Boris Nicolle se livre à un exercice de prospective pour penser la refondation d’un véritable service public de psychiatrie, ouvert sur la société, organisé autour de l’usager dans une optique de rétablissement et caractérisé par une culture de la coopération, de la pluridisciplinarité et de l’évaluation.

Publication
- 12/05/2022
FRONTIERSIN.ORG

La quarantaine liée au COVID-19 a eu des effets psychologiques négatifs chez les étudiants universitaires. Les preuves des épidémies précédentes suggèrent que les effets psychologiques négatifs des mesures de quarantaine peuvent durer ou même s'aggraver après la levée de la quarantaine. L'objectif de cette étude était d'évaluer l'évolution de la santé mentale des étudiants et d'identifier les facteurs associés aux résultats de santé mentale 1 mois après la levée du confinement.

Vidéo
- 05/05/2022
SANTE PUBLIQUE FRANCE

Santé publique France propose une série de vidéos à propos de l'étude Enabee, Étude nationale sur le bien-être des enfants. Il s'agit de répondre à toutes les questions que peuvent se poser les parents et enseignants : pourquoi mener cette étude ? comment participer ? Comment son traitées les données ? etc.

Publication
- 04/05/2022
PROMOSANTE PAYS DE LA LOIRE

Ce Porte-Clés Santé a vocation à faciliter l’accès aux connaissances et données indispensables pour appréhender les enjeux de la promotion de la santé mentale dans le contexte de la crise sanitaire liée à l’épidémie de COVID-19. Il vise également à offrir des repères méthodologiques et des outils d'intervention pour aborder avec différents publics l'épidémie (représentations, vécus, besoins...) ainsi que des moyens et des ressources pour y faire face et se protéger, dans une optique de réduction des inégalités sociales de santé.

Vidéo
- 04/05/2022
SANTE PUBLIQUE FRANCE

Santé publique France propose une série de vidéos à propos de l'étude Enabee, Étude nationale sur le bien-être des enfants. Il s'agit de répondre à toutes les questions que peuvent se poser les parents et enseignants : pourquoi mener cette étude ? comment participer ? Comment son traitées les données ? etc.

Actualité
- 03/05/2022
SANTE PUBLIQUE FRANCE

Santé publique France, avec l’appui des ministères chargés de la Santé et de l’Education nationale et des acteurs agissant auprès des enfants et des jeunes, lance à compter du 2 mai 2022 le terrain de l’étude Enabee, première étude nationale sur le bien-être des enfants de 3 à 11 ans.

Publication
- 29/04/2022
SEMAINES SANTE MENTALE.FR

Ce document dresse le bilan des semaines de la santé mentale 2021 : répartition géographique des événements, évaluation des événements, recommandations, impact des actions, statistiques de téléchargement, retombées presse...

Publication
- 29/04/2022

Le mouvement des Villes en santé encourage les municipalités à intégrer la santé de façon holistique et transversale afin d’établir des mesures concrètes pour réduire les inégalités en matière de santé. De nombreuses municipalités canadiennes adhérant à ce mouvement sont actuellement frappées par une crise du logement qui touche particulièrement les femmes locataires cheffes de familles monoparentales. Cet article explore les liens entre ce mouvement et la création de programmes de logements sociaux avec soutien communautaire à travers l’étude de cas à Montréal, à Toronto et à Vancouver. En s’appuyant sur des entretiens avec des personnes clés et sur une analyse documentaire, il étudie notamment les liens entre ces stratégies municipales et les processus associés à la création de logements sociaux. La recherche confronte également la vision des personnes interrogées concernant la contribution des programmes pour la santé à celles décrites dans les stratégies municipales. Les résultats soulignent que, bien que le logement social constitue un champ d’action pour les Villes en santé, les stratégies municipales ne font que soutenir ou mettre sur pied des coalitions qui, ensemble, peuvent pallier l’absence ou les insuffisances des programmes publics pour le logement social. De plus, les initiatives de logements ne sont pas pensées comme une contribution à une Ville en santé, même si les personnes clés reconnaissent leur potentiel comme leviers pour promouvoir la santé des quelques ménages qui y résident. Ces résultats suggèrent que le mouvement au Canada dépend de communautés soucieuses de leur bien-être, mais surtout qui s’organisent en réseau, parvenant ainsi à surmonter le manque d’investissements publics afin de répondre aux besoins locaux de logements.

Publication
- 29/04/2022
LIEN SOCIAL ET POLITIQUES 2021 ; 87 : 212-32

Cet article s'appuie sur une enquête pourtant sur la responsabilité et l’animation du diplôme universitaire « Logement d’abord », et sur l’inscription dans un réseau d’acteurs du « Logement d’abord » à l’échelle nationale et internationale. Cette présupposition d’égalité des capacités à habiter invite en tout cas à nous intéresser davantage à la subjectivité de l’individu, au sujet, que des accompagnements orientés vers le rétablissement semblent favoriser. Cependant, des points de vigilance doivent être observés afin de ne pas accentuer d’autres formes d’inégalités.

Publication
- 29/04/2022
LIEN SOCIAL ET POLITIQUE 2021 ; 87 : 233-54

Cet article analyse, d’une part, le travail d’intermédiation locative, de soin et d’accompagnement à domicile à destination de personnes atteintes de troubles psychiques graves et, d’autre part, les difficultés d’appropriation de l’habitat vécues par ces personnes. Cette analyse s’appuie sur une enquête de terrain réalisée dans une métropole française au sein d’une équipe chargée d’accompagner des patient·es psychiatriques vivant dans des logements accompagnés, une structure combinant l’offre d’habitat aux soins et à des interventions socioéducatives. L’article montre que, si cette équipe cherche à « sécuriser » les cohabitations en essayant de prévenir et de réguler des pratiques d’habitation jugées déviantes (isolement à domicile, incurie, squattage, consommation de drogues, par exemple), les résident·es expriment des sentiments d’insécurité (au sens d’instabilité) et des difficultés d’appropriation qui sont associés tantôt à leurs trajectoires résidentielles morcelées et vulnérables, tantôt à leurs conditions de vie et d’habitation (précarité économique, surveillance de leurs modes de vie, incertitude quant à leur avenir en matière de logement). La prise en compte du point de vue des personnes concernées permet de voir comment des pratiques supposées favoriser l’inclusion sociale, dans et par le logement, de personnes stigmatisées peuvent en vérité organiser des mécanismes de régulation et de contrôle de leurs modes de vie à domicile, de leurs pratiques de mobilité quotidienne et, in fine, de l’exercice de leur citoyenneté.

Publication
- 28/04/2022
INSPQ.QC.CA

Lors d’épidémies ou de pandémies comme celle de la COVID-19, le personnel de la santé et des services sociaux est mis à l’épreuve, avec des conséquences pour sa santé mentale. Plusieurs facteurs stressants spécifiques s’ajoutent, créant ainsi des conditions et un environnement psychosocial du travail difficiles. Des informations et ressources utiles pour protéger la santé mentale des travailleurs et travailleuses sont rassemblées en un carrefour de la prévention organisationnelle avec trois répertoires interactifs répondant aux besoins spécifiques du personnel du réseau de la santé et des services sociaux, 1) les gestionnaires et la haute direction des établissements, 2) les employés et médecins et 3) les professionnels des ressources humaines et les comités santé et sécurité. Ce carrefour est le fruit d’un projet de recherche portant sur les stratégies de protection de la santé mentale du personnel de la santé et des services sociaux dans le contexte de la pandémie de la COVID-19. Il a été conçu pour soutenir les milieux de travail dans la mise en place de pratiques de prévention.